Le 25 mai 2018, le Règlement Général de Protection des Données (RGPD) entre en vigueur. Cette loi est un changement majeur dans la vie des internautes et des grandes entreprises qui proposent des services en ligne (comme Google par exemple). Mais concrètement, qu’est ce que cela représente les utilisateurs lambdas ? Pour faire simple, tout organisme traitant des données personnelles concernant des résidents européens ou étant basée sur le territoire de l’Union Européenne s’engage à traiter clairement, dans un but précis (et légal bien sûr) les données personnelles des personnes renseignées dans cette organisme. Mais grâce à la RGPD, les utilisateurs gagnent aussi des droits, tels que le droit à l’accès, le droit de rectification, le droit d’opposition, le droit à l’oubli et bien d’autres encore. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site de la CNIL (
https://www.cnil.fr/fr/rgpd-de-quoi-parle-t-on).

 

De l’autre côté de l’Atlantique, un nouveau scandal concernant Facebook. En effet, la société aurait confié les données de 50 millions d’utilisateurs sans leur consentement à une société londonienne, Cambridge Analytica. Cette société est connue pour être liée à la campagne de Donald Trump. En effet, Chris Wylie un ancien salarié de la société témoigne : “Ces données ont été utilisées pour créer des algorithmes qui nous permettaient d’exploiter le vulnérabilités des mentals des personnes, et ensuite de les tracer afin d’injecter des informations sur différents canaux, de sorte que les gens ont commencés à voir des choses, certaines vraies, mais d’autre fausses.” Mark Zuckerberg a été auditionné par le Congrès américain en avril. La société écopera d’une amende de 500.000£.


C’est en Asie, maintenant, que les ennuies arrivent. Dans le domaine de la construction de smartphones, la concurrence est rude, et tout les coups sont permis. C’est donc une guerre qui s’est livrée entre les fabriquant asiatiques et américains. Pour commencer, le géant américain de la pomme porte un grand coup à Samsung pour une affaire de violations de brevets. Samsung s’en tirera avec une petite amende de 540 millions de dollars. C’est ensuite le tribunal chinois qui s’attaque à Apple, encore pour une histoire de brevet, interdisant la vente des iPhones X et postérieurs en Chine. Mais cette bataille ne s’arrête pas là : Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei sera arrêté à Vancouver sur demande américaine. Elle serait impliquée dans une affaire de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Bref, un sacré bazar.

 

Cette année, vous aurez aussi sans doute entendu parlé de l’Article 13, une loi Européenne qui a fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux. En effet, cette article a été très mal vu par la communauté des internautes (notamment sur YouTube). Mais pourquoi tant de haine ? Dans les faits, cette loi vise à aider les créateurs de contenus quand aux droits d’auteurs qui les empêche souvent de toucher l’argent de leur travail. Cette loi propose donc de trouver un juste milieu entre les créateurs de contenu et les sociétés détentrices des droits d’auteurs. Mais cette partie de la loi est assez méconnu, car une autre parti à fait beaucoup plus de bruit : cette loi interdirait à tout créateurs, sur toute plateforme disponible dans l’Union Européenne d’afficher des éléments dont ils n’ont pas les droits, tels que des marques, des références à des films, etc… Le problème de cette loi est que chaque plateforme devrait se porter garante du contenu qu’elle diffuse : les entreprises telles que YouTube devrait donc vérifier chaque vidéo avant publication, ce qui est impossible (aucune intelligence artificielle n’en est capable pour le moment). Google a donc menacé de fermer les portes de la plateforme en Europe. Pour en savoir plus sur l’article 13, de nombreux YouTubers traitent du sujet en vidéo.

 

    Un petit point du côté d’Elon Musk, qui en un an a eu le temps d’en faire beaucoup. Pour commencer, d’une pierre deux coups : en février dernier, Elon Musk envoya sa Tesla dans l’espace avec une fusée de sa propre entreprise Space X. Dit comme ça, cela paraît peut-être inutile, mais ce lancement a réussi autre chose. L’atterrissage en douceur et contrôlé de deux propulseurs, ce que même la NASA ne parvient pas à faire. Une avancée dans la conquête spatiale… et aussi dans l’absurde. En parlant d’absurde, on assiste également au début d’une nouvelle (oui, encore) entreprise d’Elon Musk : The Boring Company. Censée construire des tunnels souterrains pour éviter les embouteillages, la société à d’abord commencé par vendre des casquettes et…  des lance-flammes. Mais sinon les travaux avancent : la société a déjà creusé son premier tunnel de test. (qui a tout de même coûté 10 millions de dollars…

 

    Pour terminer sur une note plus locale et positive, tous les lycéens sont désormais équipés de Chromebook, un aboutissement du projet St-Do numérique. De plus, des articles sur l’actualité numérique paraîtront régulièrement, alors n’hésitez pas à jeter un petit coup d’oeil à l’extranet !

   Par Nils Rivaillon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

St-Do Essentiels